Les causes du vieillissement

 

La peau est le plus grand organe du corps ; elle sert de barrière protectrice face à l’environnement externe. Elle possède une structure complexe composée de plusieurs couches, de protéines structurelles et d’autres éléments essentiels responsables de son apparence saine et de son fonctionnement normal.

La peau comporte trois couches distinctes :

 

– la couche protectrice visible externe, l’épiderme

– une couche structurelle portant le nom de derme

– la couche cutanée la plus profonde, l’hypoderme

Le vieillissement cutané est un phénomène naturel. Il est influencé par des facteurs internes, tels que la génétique, et des facteurs externes comme l’exposition au soleil (lésions dues aux rayons UV), le tabagisme, l’alcool, une mauvaise alimentation, la pollution environnementale et le stress. Avec l’âge, la peau perd progressivement de ses principaux composants structurels, notamment le collagène, l’élastine et les éléments rétenteurs d’eau (acide hyaluronique). Sa capacité à lutter contre les atteintes des radicaux libres, produits résultant de l’environnement externe et du métabolisme cellulaire interne, décroît également. S’ils ne sont pas combattus, les radicaux libres peuvent s’accumuler et entraîner un stress oxydatif au niveau de la peau.

Dans ce cas, ils dégradent le collagène et l’élastine : cela entraîne donc une détérioration conséquente de la structure de soutien de la peau. La peau se départit progressivement de son aspect lisse, rebondi et élastique. Des ridules et des rides commencent à apparaître, et la peau devient plus sèche et moins rayonnante ; elle peut nécessiter plus de temps pour cicatriser, car le renouvellement cellulaire est plus lent.

Processus au cours duquel les cellules de l’organisme sont endomagées par les radicaux libres. Les radicaux libres sont des molécules instables produites essentiellement par notre organisme dans la transformation des nutriments en énergie.

Notre corps produit donc une barrière de défense que l’on appelle antioxydant afin de lutter contre ce stress oxydatif provoqué notamment par l’exposition au soleil, les polluants atmosphériques, le stress, le manque de sommeil, le tabac et la surconsommation de sucre.

Ce phénomène accélère le vieillissement de nos cellules et cause des dommages à nos organes, notre ADN et à l’apparence de notre peau.

Le rôle du stress oxydatif dans le vieillissement de la peau

Les antioxydants constituent l’une des premières lignes de défense utilisées par notre organisme pour lutter contre le stress oxydatif. Il existe de nombreux types de radicaux ; cependant, ceux qui nous préoccupent le plus dans les systèmes biologiques proviennent de l’oxygène et sont couramment dénommés « dérivés réactifs de l’oxygène ». En raison de sa structure cellulaire, l’oxygène est particulièrement sensible à la formation des radicaux.

Les radicaux libres sont des molécules instables qui endommagent (ou « oxydent ») les cellules dans tout l’organisme au cours d’un processus de stress oxydatif. Ce dernier est notamment provoqué par l’exposition au soleil, les polluants atmosphériques, le stress, le manque de sommeil, la fumée de tabac et la surconsommation de calories et de sucres.

Le collagène, une protéine de la peau, est particulièrement sensible aux lésions des radicaux libres. Lorsque ces lésions apparaissent, elles entraînent la dégradation des molécules des protéines de collagène, qui se rassemblent ensuite d’une manière différente : ce processus porte le nom de réticulation. Dans le cas de la réticulation du collagène, ces protéines normalement mobiles deviennent rigides et plus statiques.

Pendant des décennies, de nombreuses études ont confirmé l’implication des radicaux libres et de l’oxydation dans le processus de vieillissement, qui participe grandement à l’affaiblissement des défenses antioxydantes naturelles de l’organisme. Le stress oxydatif n’entraîne pas seulement un vieillissement prématuré ; il contribue également fortement à l’inflammation de la peau.

Éviter les causes des radicaux libres et adopter un mode de vie qui vous permet de lutter contre eux peuvent vous aider à protéger votre santé ; cependant, avec l’âge, cela n’est parfois pas suffisant pour prévenir le stress oxydatif. C’est là qu’une complémentation en antioxydants est nécessaire.

Les radicaux libres (H2O2, OH°, ROO°, O°2-), en excès, entraînent des lésions cellulaires et génétiques – « Le vieillissement cutané, prévention et réparation » – par Philippe Piccerelle, chef de service du Laboratoire de pharmacie galénique, bio-pharmacie et cosmétologie de l’Université Aix-Marseille.

Les aspects externes du vieillissement sont traités par dermocosmétologie, tandis que les aspects internes sont pris en charge par la dermonutrition, qui nécessite une formulation spécifique.

La sélection des principes actifs est un élément de réussite fondamental pour la formulation : elle permet de lutter contre le processus naturel de vieillissement de la peau et, par l’intermédiaire de la nutrition, de contrer des facteurs externes tels que l’exposition au soleil (lésions dues aux rayons UV), le tabagisme, l’alcool, une mauvaise alimentation, la pollution environnementale et le stress. Malgré cela, avec l’âge, la peau perd progressivement de ses principaux composants structurels, notamment le collagène, l’élastine et les éléments rétenteurs d’hydratation (acide hyaluronique). C’est cette formulation complète qui se doit d’être élaborée, favorisant ainsi chaque critère de jeunesse, notamment la protection et la nutrition des cellules.

Une peau jeune et radieuse

Le derme est à l’origine d’une peau saine, jeune et radieuse ; il permet le renouvellement cellulaire. La peau constitue le plus grand organe du corps. Elle est responsable de plusieurs importantes fonctions physiologiques. Parmi ces fonctions, il est possible de citer le rôle de la peau en tant qu’interface entre la personne et la société. C’est la raison principale de l’importance que revêt la recherche sur le vieillissement de la peau ces dernières années, tant dans le domaine de la dermatologie que dans celui de la nutrition spécifique.

La peau est composée de :

• 70 % d’eau (sa distribution est variable ; l’hypoderme est le plus hydraté)
• 27 % de protéines (carbone, hydrogène, oxygène et azote, ainsi qu’acides aminés, protéines, hormones et enzymes)
• 2 % de lipides (carbone, hydrogène, oxygène ainsi que phospholipides, acides gras, triglycérides, etc.)
• 0,5 % de sels minéraux (sodium, magnésium, potassium, fer, cuivre, zinc, soufre, phosphore, iode, manganèse, etc.)

Les cellules de l’épiderme sont nourries par un processus de diffusion provenant du derme.

 

 

Ainsi, pour avoir une belle peau via la nutrition, la principale activité est de promouvoir la production de collagène dans le derme et d’en éviter la destruction. Le collagène est extrêmement important. Une concentration élevée de collagène est fondamentale pour la résistance, l’élasticité et la structure de la peau.

La promotion du collagène se base tout d’abord sur la contribution des peptides, qui jouent un rôle important dans le maintien de bonnes concentrations de collagène dans la peau. Les peptides sont les signaux naturels de la peau qui contrôlent la production de collagène. Chaque protéine possède une séquence d’acides aminés qui lui est propre : chacune offre un bienfait anti-âge spécifique et puissant pour permettre de stimuler la production naturelle de collagène. Les acides aminés sont des molécules qui servent de « blocs de construction » des protéines dans la peau en formant des chaînes, qui portent le nom de peptides.

Le collagène est la protéine structurelle la plus abondante dans le corps humain ; il constitue le principal élément structurel de la peau et est en charge de la cohésion, de l’élasticité et de la régénération de la peau. Avec la kératine et l’élastine, le collagène fournit la structure et la résistance soutenant l’épiderme, les os, les muscles et les tendons. Lorsque les molécules de collagène sont endommagées, la peau perd de son élasticité et commence à pendre, à se rider et à vieillir. Le maintien d’un bon niveau de collagène est donc fondamental pour la résistance, l’élasticité et la structure de la peau.

 

Les acides aminés les plus courants comprennent la glycine, la proline, l’hydroxyproline et l’arginine. Ils fournissent des nutriments pour nourrir la peau, les cheveux et les ongles, et sont essentiels pour maintenir une concentration adéquate de collagène. Ces acides aminés composent trois chaînes étroitement enroulées les unes autour des autres, créant ainsi une structure en triple hélice à trois dimensions. L’hydroxyproline joue un rôle particulièrement important dans la stabilisation de la triple hélice du collagène : elle en empêche la dégradation et l’élimination par l’organisme. Ce processus a besoin de vitamine C. Comme notre corps ne peut pas produire naturellement de la vitamine C, il est donc impératif de recourir à un complément délivrant une source biodisponible de vitamine C.

Le maintien du niveau de collagène est ainsi la clé d’une belle peau. Cependant, dans le cadre du processus naturel de vieillissement, la production de collagène commence à ralentir, et les structures cellulaires perdent de leur résistance. Les femmes produisent moins de collagène que les hommes, et ce collagène disparaît à un taux d’environ 1 % par an passé l’âge de 25 ans. Cela signifie qu’une femme a naturellement perdu près de la moitié du collagène de sa peau d’ici l’âge de 50 ans. Ainsi, la peau devient fragile et moins élastique ; des rides commencent à apparaître. C’est à ce moment que des compléments en collagène doivent être intégrés aux régimes quotidiens.

La supplémentation cutanée de collagène est plus efficace grâce à une forme spécifique appelée collagène hydrolysé : ce dernier comprend de petits acides aminés (également dénommés peptides de collagène), qui sont rapidement absorbés par le corps et stimulent la production naturelle de collagène par l’organisme. Dans les études cliniques, il a été démontré que cette forme biodisponible de collagène réduisait significativement la profondeur des rides et accroissait l’élasticité ainsi que les taux d’hydratation de la peau. En raison de la capacité d’absorption du collagène hydrolysé, des hausses significatives du nombre de fibroblastes (les cellules en charge de la régénération du nouveau collagène), entraînant une meilleure densité de la peau, ont également été démontrées.

Par ailleurs, le collagène est grandement touché par le stress environnemental, ce que l’on appelle stress oxydatif. Outre la protection et la stimulation de la production naturelle de collagène au niveau cutané intrinsèque, une peau saine et radieuse nécessite une protection contre les radicaux libres qui sont fabriqués au niveau cutané extrinsèque. Les antioxydants jouent donc un rôle très important dans la protection des fibres de collagène contre les lésions occasionnées par les radicaux libres.