Blog | Staphylocoque blanc : un vieil ennemi bactérien devenu votre allié cutané ?

Staphylocoque blanc : un vieil ennemi bactérien devenu votre allié cutané ?

Menacée de toutes parts, votre peau est le siège d’une bataille que se livrent votre système immunitaire et les agents pathogènes du monde extérieur.

Parmi ces derniers, le staphylocoque blanc a de quoi faire trembler : cette bactérie existe en plusieurs souches dont trois sont multirésistantes (nées en milieu hospitalier), devenue ainsi une des causes majeures de maladies nosocomiales !

Infections cutanées, nasales, urinaires… la liste des problèmes de santé que ce micro-organisme peut provoquer chez l’être humain se révèle peu attrayante.

Pourtant, l’agressivité de cette minuscule créature pourrait bien se révéler d’une utilité capitale.

A l’image du judoka exploitant la force de son adversaire, certains chercheurs auraient découvert le moyen de mettre à profit les propriétés du staphylocoque blanc pour protéger votre peau au-delà de ce qu’il permet déjà.

Ami ou ennemi : le staphylocoque blanc à la loupe

Le staphylocoque blanc : un ennemi bien utile

S’il peut être responsable de nombreuses maladies, le Staphylococcus Epidermis (staphylocoque blanc) se révèle dans les faits très utile tant que votre peau et votre système immunitaire fonctionnent correctement.

Sa présence à la surface de votre peau (dans le lot de bactéries qui composent votre flore commensale) vous permet en effet de vous protéger des invasions d’autres agents pathogènes.

En d’autres termes, c’est parce que le staphylocoque blanc prend déjà une part importante de la surface de votre peau que les autres bactéries ont du mal à la coloniser.

Capable par ailleurs de dévorer bon nombre de ces nouveaux arrivants, le SB (staphylocoque blanc) contribue à votre immunité globale.

Mais les conséquences engendrées par la présence de ce micro-organisme ne s’arrêtent pas là.

Immunodépression, maladies auto-immunes, peau détériorée... le staphylocoque blanc, ami ou ennemi ?

En effet, chez les personnes immunodéprimées, le SB aura tendance à se développer de façon trop importante.

En outre, les blessures, coupures et autres plaies à la surface de votre peau sont des portes d’entrée idéales pour cette créature.

La combinaison d’une immunité faible et d’une voie de passage au SB sont de nature à rendre à cette bactérie son rôle original d’agent pathogène, loin de la coexistence pacifique qu’elle entretient depuis des millénaires avec votre organisme.

C’est entre autres la raison pour laquelle l’entretien régulier de votre peau est une nécessité non négociable.

Une ambivalence bien utile

Cette ambivalence dans les rôles qu’il peut endosser fait du SB une source de progrès et d’espoir pour la recherche scientifique, comme l’illustrent les récents travaux du docteur Michael Otto du National Institute of Allergy and Infectious Diseases.

Dans sa publication de février 2022 intitulée « Cell Host and Microbe »¹, Otto met en lumière une partie méconnue des bénéfices tirés par notre peau de la présence du staphylocoque blanc. Celui-ci permettrait entre autres de limiter la perte insensible en eau depuis la couche la plus externe de la peau.

Le rôle du staphylocoque blanc dans ce processus tient à ce qu’il produit une enzyme, la sphingomyéline diestérase (ou « sphingomyélinase »), dont l’une des propriétés clefs est la déstructuration naturelle de certains acides gras en céramides (qui sont des éléments essentiels à l’hydratation de la peau).

Comme le dit le docteur Otto lui-même, cette découverte ouvre la voie à des traitements probiotiques permettant d’améliorer la condition de certains patients dans le cadre de leur maladie cutanée et des solutions améliorant la santé de la peau dans le cadre du processus de vieillissement.

Nourrir sa peau et ses habitants

Aucune garantie de pérennité ne peut être offerte à une microflore cutanée mal nourrie.

En effet, la régulation d’un développement sain de la population de bactéries vivant à la surface de votre peau passe nécessairement par un équilibre en termes de quantités et de diversités des types de micro-organismes qui s’y épanouissent.

Nourrir votre peau : une évidence pas toujours bien comprise

La véritable question, à cet égard, est : pourquoi votre peau a besoin de se nourrir ?

Tout comme n’importe lequel des organes de votre corps, votre enveloppe épidermique a trois attentes clefs :

  • Se protéger des menaces qui pèsent sur sa pérennité;
  • Disposer de la matière première nécessaire à sa construction quotidienne;
  • S’alimenter en énergie pour réaliser les tâches relatives à ses deux premiers besoins.

Pour votre peau, l’énergie, la matière première nécessaire à sa conception et les moyens de se protéger trouvent leur source dans :

  • Ce que votre organisme produit;
  • Des éléments extérieurs à votre organisme.

Ainsi, lorsque votre corps produit par exemple du collagène et de l’acide hyaluronique pour maintenir la fermeté de votre peau et son niveau d’hydratation, il puise sa matière première dans les oligo-éléments et les acides aminés issus des ingrédients que vous mangez.

Par ailleurs, votre organisme est incapable, entre autres choses, de synthétiser de la vitamine C (ou toute autre vitamine d’ailleurs).

Là encore, votre alimentation entre en jeu.

Toutes ces considérations mènent à une conclusion déjà tirée depuis longtemps par le corps médical : votre façon de vous alimenter est l’un des éléments centraux de la santé de votre corps et donc de votre peau.

La nutrition, élément incontournable contribuant au maintien de la santé de votre peau

Une alimentation déséquilibrée ne sera donc pas en mesure de fournir les ingrédients essentiels (en proportions appropriées) à l’entretien et la protection de votre peau.

Principale source de dérèglement du comportement des staphylocoques blancs (avec le stress psychologique, le manque de sommeil et d’autres sources de stress oxydatif), l’alimentation doit bénéficier d’une attention toute particulière.

Pour répondre au cahier des charges d’une peau en bonne santé, un contrôle alimentaire et une routine santé font sens.

Pour vous aider par ailleurs à atteindre ces besoins, la nutricosmétique a développé un ensemble de solutions visant à accompagner votre organisme dans sa lutte quotidienne pour maintenir une peau hydratée normalement et pour conserver un niveau de protection normal face au stress oxydatif.

L’utilité de la nutricosmétique se révèle d’autant plus grande que même dans un cadre normal, l’alimentation quotidienne peut s’avérer insuffisante pour répondre aux besoins qu’entraîne la vie moderne pour la peau.

En ce sens, sa contribution vise véritablement à cibler un régime de vie « normal » pour votre peau.

La nutricosmétique : un allié nutritionnel pour votre peau

Mettant à profit la compréhension grandissante de la communauté scientifique à l’égard du processus de sénescence et des problèmes que votre peau peut rencontrer, certains compléments alimentaires font appel à des ingrédients tels que :

  • Du collagène;
  • De l’acide hyaluronique;
  • Des oligo-éléments et vitamines.

Toutefois, si de nombreuses solutions de nutricosmétique partagent dans les grandes lignes cette liste, certaines marques font preuve d’une meilleure maîtrise des problématiques auxquelles est soumise votre peau.

MyCollagenLift : l'expertise de la nutricosmétique suisse au service de votre peau

En effet, certains nutricosmétiques, tels que MyCollagenLift, font le choix de composer une formule exclusive en faisant appel à des ingrédients d’origine 100% naturelle et sélectionnés pour fonctionner en synergie les uns avec les autres.

Développé par MyPUREskin, MyCollagenLift cherche à contribuer à l’effort de votre corps dans le cadre de :

 

  • La reconstruction quotidienne de votre peau;
  • L’apport nutritionnel dont elle a besoin pour y parvenir;
  • La mise à sa disposition des principes actifs dont elle a besoin pour maintenir ses défenses naturelles face au radicaux libres, source de stress oxydatif.

 

Pour y parvenir, MyCollagenLift renferme notamment :

  • Des peptides de collagène marin bio disponibles;
  • De l’acide hyaluronique captant près de 1000 fois son poids en eau;
  • Des céramides issu du blé (sans gluten) contribuant au fonctionnement normal des mécanismes de votre peau servant à limiter sa perte insensible en eau;
  • Du silicium organique;
  • De la vitamine C extraite du fruit d’acérola, contribuant à permettre une production normale de collagène par votre peau en plus d’être un antioxydant;
  • De la vitamine E, antioxydant reconnu;
  • Des OPC de raisin (polyphénols);
  • Du zinc, oligo-élément utilisé par votre organisme dans le cadre de diverses réactions de votre métabolisme.

Pour permettre à votre peau de continuer à vivre en harmonie avec ses staphylocoques blancs et pour lui assurer de vieux jours plus doux, mettez en place une routine santé qui a du sens. Exercice physique, sommeil, allègement de la pression psychologique et contrôle de votre alimentation doivent en être les pierres angulaires.

Pour contribuer par ailleurs à votre effort nutritionnel, pourquoi ne pas tenter une première cure de MyCollagenLift sur 3 mois ?

  1. Article original de la NIH vulgarisant la découverte de Michael Otto sur le rôle du staphylocoque blanc : https://www.nih.gov/news-events/nih-research-matters/compound-produced-bacteria-protects-skin